L’histoire culturelle et politique
de l’époque carolingienne


Sumi SHIMAHARA


Résumé

Le projet porte sur l’histoire culturelle et politique de l’époque carolingienne et s’intéresse aux discours lettrés, dans leurs diverses dimensions – intellectuelles, matérielles et sociales. Il vise à décoder le discours des lettrés, en particulier le discours sur le pouvoir, à appréhender la circulation des idées et des personnes qui les portèrent dans ce vaste territoire, à préciser les réseaux de l’échange littéraire, à souligner le rôle des livres dans les enjeux de pouvoir : ces derniers révèlent, parfois, la posture de conseil que s’arrogent les lettrés vis-à-vis des Grands, des rois, des empereurs.

L’étude porte autant sur la composition des écrits que sur leur lecture, attestée par les inventaires de livres conservés, les marques de lecteurs, la composition de florilèges ou d’abrégés et sur leur circulation. La recherche se concentre sur deux thèmes principaux : la matière biblique et les lettres de dédicace.

The project deals with cultural and political history of the Carolingian era. It concerns the scholars discourses, in their various dimensions : intellectual, material and social ones. It aims to decode the discourse of the scholars, particulary about the power, to understand the circulation of ideas and of people who conveyed them across this vast expanse of territory, to specify the networks of the litterary exchange, to emphasize the role of books towards the issues of power relations : books sometimes reveal the position of adviser endorsed by the scholars towards kings and emperors.

The study deals with the writing of texts as with the reading activity, as it appears in books inventories, readers marks, composition of florilegia or epitome, and with their circulation. Research focuses on two main topics : the matter of the Bible and letters of dedication.

Extrait carte postale d'Alger

Présentation du projet

Le projet porte sur l’histoire culturelle et politique de l’époque carolingienne et s’intéresse aux discours lettrés, dans leurs diverses dimensions – intellectuelles, matérielles, sociales. Il vise à décoder le discours des lettrés, en particulier le discours sur le pouvoir, à appréhender la circulation des idées et des personnes qui les portèrent dans ce vaste territoire, à préciser les réseaux de l’échange littéraire, à souligner le rôle des livres dans les enjeux de pouvoir : ces derniers révèlent, parfois, la posture de conseil que s’arrogent les lettrés vis-à-vis des Grands, des rois, des empereurs.

L’étude s’attache à la composition des écrits comme à leur lecture, attestée par les inventaires de livres conservés, les marques de lecteurs, la composition de florilèges ou d’abrégés et sur leur circulation. Deux corpus de sources sont ainsi analysés : la matière biblique et les lettres de dédicace.

Les usages savants de la Bible – la correction philologique de son texte, ses commentaires, la réception de ces entreprises – fondent une expérience qu’il s’agit de préciser. Dans cette perspective, l’édition critique d’inédits, l’étude des sources, la génétique textuelle permettent de dessiner les contours d’une histoire culturelle et c’est dans ce cadre qu’est conduite l’édition du commentaire sur Jérémie d’Haymon d’Auxerre. La Bible est également étudiée dans sa dimension matricielle : elle inspire les représentations sociales et politiques comme l’expression des savants carolingiens.

Les usages de figures bibliques comme modèles ou anti-modèles de pouvoir permettent de détailler l’éventail des connotations apportées par l’interprétation de tel événement, le portrait de tel personnage, dans des sources variées, littérales ou iconographiques.

La participation à des projets de recherche collectifs affine ces recherches en les inscrivant dans une démarche comparative, propre à mieux distinguer la spécificité de chaque contexte, à historiciser plus finement l’analyse de textes qui se veulent parfois hors du temps. L’expérience exégétique est ainsi étudiée sur plus de dix siècles au sein du projet Emergence LEGETIMAM (L’expérience exégétique au Moyen Age et durant la première modernité) [insérer un lien vers la présentation du projet] ; elle s’accompagne d’une comparaison entre exégèses juive et chrétienne de la Bible. La préparation d’une rencontre sur la définition du sens littéral dans l’exégèse scripturaire dans l’Occident latin et dans le monde musulman au Moyen Age (org. Adrien Candiard, Le Caire, 2021) vise à approfondir les choix herméneutiques élaborés par deux mondes culturels dans lesquels le Livre a une dimension fondamentale.

Le second axe de la recherche porte sur les lettres de dédicace de l’époque carolingienne, à la fois celles qui accompagnent un texte, ancien ou récent, et celles qui introduisent un volume manuscrit. Ce projet, qui correspond au mémoire inédit d’Habilitation à Diriger les Recherches, cherche à mieux comprendre la question de l’autorité à l’époque carolingienne, les usages de l’écrit et de la lecture, la valeur que revêt le fait d’offrir un livre, les réseaux de dédicataires et de dédicants, la hiérarchie et ses codes tels qu’ils émanent de ce corpus, en relation avec l’iconographie qui accompagne parfois ces lettres.

Extrait carte postale d'Alger