Les élites juives
dans les villes-capitales,
Berlin, Londres, Paris et Vienne,

XIXe-XXe s.

Cyril GRANGE


Présentation du projet

Ce programme de recherche d’histoire comparée des élites juives de Berlin, Londres Paris et Vienne couvre la période de la seconde moitié du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres. Son objectif est d’établir le mode d’inscription de chacune de ces populations d’élites au sein de la communauté juive, au sein des élites locales chrétiennes et d’une manière plus générale au sein de la société globale ceci notamment en fonction de la situation institutionnelle des juifs dans ces sociétés d’accueil dont la chronologie des lois d’émancipation diffère.

Les questionnements sont multiples : histoire de l’implantation des juifs, poids des élites par rapport à la communauté juive, domaines d’activité, comportements matrimoniaux notamment alliances avec les élites chrétiennes, aristocratiques et bourgeoises, localisation géographique, rôle de promoteurs de la vie culturelle et artistique, présence dans la sphère politique.

La question des alliances matrimoniales intra et inter-confessionnelles constitue un axe de recherche important. Elle appelle à la confection d’une base de données généalogique à l’échelle des quatre « pays » dont relèvent les quatre villes. Le caractère européen de nombreuses familles, notamment de banquiers, fait que cette base de données n’est pas constituée de « blocs » de généalogies distincts selon les pays mais se compose d’un « bloc » unique (d’une composante unique en termes d’analyse de réseaux). Cette caractéristique confirme la dimension internationale de nombreuses familles.

Dans le cas des grandes familles de l’Empire austro-hongrois, nous avons recours à l’ouvrage de Georg Gaugusch intitulé Wer Einmal War. Dans le cas des élites londoniennes, le socle d’ouvrages consultés rassemblent l’ouvrage de Chaim Bermant, The cousinhood, les travaux généalogiques de John Henry Richter, les généalogies contenues dans les monographies de Stanley Jackson sur les Sassoon et de Anthony Allfrey sur les Goldschmidt, les collections de généalogies des familles de l’élite judéo-anglaise confectionnées par trois auteurs Sir Thomas Colyer Fergusson, Ronald D’Arcy Hart et A.M. Hyamson conservées à la Society of Genealogists dont le siège est à Londres.